Ecoute…

Je me suis souvent demandé pourquoi la Règle de saint Benoit qui est la Règle des moines d’Occident commence par le mot Ecoute : ausculta o filii, Ecoute ô mon fils la parole de D.ieu. Et la grande prière juive aussi  « Chema Israel Ado-nai éloénou Ado-nai e'Hade, Vea avta ete Ado-nay eloekha bekhol levavkha » (chanté). « Ecoute… tu aimeras… de tout ton cœur » Les moines chrétiens et les juifs disent les mêmes mots : « Ecoute ! ».

Forcément il doit y avoir un truc à entendre. C’est toute l’histoire de ma vie. Il y a Quelqu’un qui nous appelle.

1980, je suis  ouvrier chez Michelin à Clermont-Ferrand. J’ai 15 ans, je travaille 40 heures par semaines, onze mois sur douze, une sorte de bagne à ciel ouvert. L’atelier devant une fraiseuse au mois de juillet c’est le pavillon témoin de l’enfer sur terre. Un bruit !!!

17 ans. Changement de route. Après une dépression, le bruit sans doute… un ami m’aide. Il lit la Bible. Je lis l’histoire d’Abraham, de Job de tous ces types qui ont tout perdu, leur pays, leur famille, leur fortune, leur espoir sur cette terre et à qui D.ieu d’un coup promet le Ciel. Comme Abraham : « Lekh Lekha, Va, Va, quitte ton pays, le lieu de ta naissance, la maison de ton père et tu iras vers le pays que je t’indiquerai… » Il est appelé, et Abraham part. Et à la fin de sa vie Dieu appelle encore Abraham : « Lèves-toi, Prends ton fils unique, celui que tu aimes Isaac, Lekk Lekha, part, part au pays de Moriah, et tu l’offriras en sacrifice sur la montagne que je t’indiquerai. » Ça se passe la nuit, dans la Bible D.ieu agit la nuit, la création du monde, la sortie d’Egypte, le ligature d’Isaac, la Rédemption, c’est la nuit comme dans nos vies. Et D.ieu appelle… L’Eternel appelle des gens sans importance ou des inconnus comme Moïse « Va parler à ce peuple ! » qui répond « Mais je suis bègue ! » ou les prophètes comme Amos derrière le troupeau. Je me dis : mais c’est moi ça ! Et je pars.

J’ai vingt ans, et je rentre comme moine bénédictin à l'abbaye de la Pierre qui Vire dans le Morvan. On m’appelle frère Marc. Il fait 15 degrés dans ma cellule et je me lève de deux à trois heures du matin pour prier. Pas de viande, pas de vin, prie et travaille. Le silence du cloître, on n’entend que le bruit du tissu des frères qui marchent en silence. Cent frères, au fond de la forêt du Morvan. Des athlètes de D.ieu. Toujours à l’Ecoute. Ecoute, le premier mot de la Règle. D.ieu parle, par l’Ecriture. Un de ces poèmes que nous disons sept fois le jour dont la nuit de 2 à 3 heures du matin, un psaume, dit : « Les cieux racontent la gloire de Dieu, le firmament chante l’ouvrage de ses mains, pas de paroles dans ce récit pas de voix qui s’entende mais sur toute la terre en parait le message et la nouvelle jusqu’aux limites du monde ». Le moine est là pour écouter l’appel comme une oreille qui attend la parole. Celle de la vie qui nous appelle.

Mais Dieu va m’appeler comme je ne l’attends pas.  Au bout de dix ans… il m’envoie une journaliste qui vient m’interviewer ! Et moi je réponds à cet appel. Je tombe amoureux. Bien sûr je me tais, j’étouffe cet appel.

Mais cet appel me travaille et me brule. Je  quitte donc la vie monastique et je vais vivre à Paris. Je suis chez mon petit frère. Un appel téléphonique ! Oui messieurs dames un appel téléphonique. Ce n’est pas Dieu ! C’est elle !  « Allo, vous frère Marc ?  vous vous souvenez de moi… » Je la rencontre et elle tombe enfin amoureuse de moi !

Le coup de fil de Dieu !!!

Bon, elle a deux enfants, on a fait deux autres. Depuis 19 ans Marie-Pierre est ma femme.

Mais vous savez le problème de l’appel c’est qu’on oublie vite. Mais l’appel lui ne vous oublie pas.

Je suis donc rentré dans le monde et pendant quinze ans je ne me suis pas arrêté. J’avais tellement de temps à rattraper !!!

Je suis d’abord devenu directeur de production pour un CD-ROM sur la Bible, puis un autre CD Rom sur Jeanne d’Arc, vous savez cette fille qui entend des voix ! Ensuite j'ai conçu le site e-Commerce fnac.com. Ensuite je suis devenu consultant e-commerce chez McKinsey. Et ensuite j’ai fondé mon cabinet de conseil en e-commerce pour les directions générales. Comme on fait de l’Internet ça n’arrête jamais ! Et 12 ans après je fais toujours ça.
En parallèle j’ai aussi avancé dans ma recherche de Dieu. J’ai réfléchi sur Jésus, sur la Bible, sur ce que je croyais. J’ai écrit dix livres sur Dieu. Mais je devais être devenu un peu sourd. Et comme d’habitude c’est Dieu qui m’a appelé alors que moi j’avais un peu oublié mon vieil ami. Ou plutôt ça m’embêtait un peu d’en entendre parler.

C’était le premier janvier 2010. Il était dix heures du soir et le téléphone a sonné. Au bout du fil il y a Isabelle la femme de mon meilleur ami. Jean-Louis. Et elle me dit que mon ami est mort, le matin même, emporté par une avalanche. Elle est seule avec ses quatre enfants. Je prends ma voiture et je suis pars dans la nuit. En général c’est la nuit que la vie nous appelle.

Vous savez j’ai enterré plein de moines. La mort ne m’a jamais fait peur. Mais là il y a quelque chose qui a changé en moi. Une sorte d’appel est venu au fond de moi du fond des âges. Je me suis raccroché à la Bible qui m’avait mis en route. Je suis revenu aux mots de la Bible, et sur sa tombe ils ont jailli de moi en hébreu.

Comme si dans ma détresse une voix m’appelait comme une mère appelle son enfant, mais en hébreu. C’est bizarre mais c’est comme ça. Et c’est un long chemin qui a commencé, j’ai commencé à prier avec une autre langue que j’avais apprise il y a très longtemps au monastère. Mais pour moi cette langue est devenue vivante. J’ai commencé à prier, à penser, à rêver en hébreu.

Et en faisant cela j’ai essayé de comprendre les évangiles autrement. En hébreu. J'ai changé de point de vue. J’ai pratiqué le judaïsme, le shabbat. En réfléchissant,  en écoutant l’hébreu, en redisant les mots de jésus sans sa langue maternelle, de chrétien, je suis devenu juif. Mon fils m’a dit : « Tu es comme un arbre qui a creusé ses racines vers l’eau et tu es devenu juif, c’est normal papa ! »

Je suis donc allé voir les juifs et quand je suis entré dans la synagogue j’ai entendu cette langue qui m’appelait et que parlaient tout un tas de gens autour de moi.  Des juifs des Mellah de Marrakech et de Meknès, le rabbin Harboun, qui parlaient cette langue qui m’appelait depuis des millénaires. C’est comme ça que je suis devenu juif, un juif religieux. Je suis devenu un de ces hommes de la Bible qui ont tout quitté et couru après la voix qui les appelait pour suivre une étoile.

Je vais vous dire ce que je crois fondamentalement.  Nous sommes sourds de naissance. Nous remplissons nos vies de paroles, de bavardage, de croyances, de préjugés. Tout cela n’a absolument aucune espèce d’importance. On va toujours plus loin avec sa vulnérabilité qu’avec sa forces, avec ce qu’on ne sait pas encore qu’avec ce qu’on a déjà appris.

Pour écouter il faut être dépouillé, humble. Et nous n’en avons pas du tout envie. Mais la vie se charge de nous faire entendre raison.

En réalité nous avons tous été appelé dès que nous sommes sortis du ventre de notre mère. Nous avons été appelés par notre nom. Nous avons appris une langue que d’autres ont inventé pour nous.

Il nous faut donc partir au désert de notre cœur, nous oublier un instant et là au fond de nous il y a une voix Il reste toujours au fond de nous une voix qui nous appelle de très loin, du fond de l’humanité, qui nous appelle à la liberté.

Si nous savons faire silence, nous devenons vulnérables, nous devenons capables d’entendre les autres. Nous nous apercevons alors qu’il y a des tas de gens autour de nous qui ont besoin de nous, qui nous appellent. Leur faiblesse, leur vulnérabilité, leur fragilité attend notre réponse. Chacun de nous a une vocation, est appelé. Pour cela il nous suffit d’écouter.

Alors je vous en supplie, arrêtez-vous un instant, caque matin, essayez simplement d’ouvrir la porte de votre cœur, juste un instant, et d’écouter votre enfant, votre femme, la journée qui commence. Ecoute… c’est le secret du bonheur.

Comme disait mon premier maître :

« Quand brille la lune, le plus malheureux n’est pas l’aveugle… mais le muet… »

DSCN0689

 

Son blog est ici.